mercredi 26 juillet 2017

Bienvenue à Spamville, de Dominic Bellavance

Cliquez sur la couverture
pour le lien d'achat

Bienvenue à Spamville, c'est un roman humoristique qu'on ne peut pas classer dans une catégorie précise, parce que c'est différent de tout.

Dans ce roman, la technologie omniprésente amène des virus domestiques qui s'attaquent aux maisons. Cela force le personnage principal, Julie, à quitter son appartement le temps qu'on décontamine le logement. Elle décide d'aller à la recherche de son amie Karine, exilée à Saint-Patrice-de-l'Ancienne-Montagne.

Là-bas, chaque personne correspond à une application, un programme, un terme informatique.

Le maire s'appelle Googueule et possède des bases de données.
Les gens n'ont pas le téléphone, mais des hauts-parleurs sur leur toit, le système "Touit-heure".
Au Bar Rapide, le barman sert la bière selon la bande passante que vous payez. Il s'appelle B.Handwith...


Une série de meurtre secoue le village perdu: la meurtrière, Nathalie Aker, s'attaque aux étrangers en premier. Julie et sa coloc sont donc tour à tour à risque, victimes potentielles, accusées, secourues... par une galerie de personnages étranges.

Et l'identité de la meurtrière? Elle sera connue à la toute fin, bien sûr!

Et le tout, sur un ton léger, cache une réflexion sur la présence des médias sociaux, des technologies, du paraître et de la propension à rendre publique notre vie privée à toutes sauces (ce qui rend très ironique de publier un billet de blogue sur le roman et de le diffuser sur Facebook, Twitter et LinkedIn).

(Note: ma lecture date de 2016, mais je suis certain que le roman est encore tout-à-fait d'actualités!)


dimanche 23 juillet 2017

Naufrage, de Biz

Cliquez sur la couverture
 pour le lien d'achat

Naufrage, c'est un roman bouleversant, un drame humain, qui s'annonce comme une dramédie sur le monde du travail et le sentiment d'être mis à l'écart beaucoup trop tôt, et qui devient un véritable drame quand le manque de motivation devient l'élément déclencheur d'une tempête dramatique.

Frédérick, un fonctionnaire père de famille, est envoyé aux Archives, au ministère où il travaille, et le rythme trop calme de cet emploi le tue à petit-feu et ce sera le premier pas vers la mort d'un être cher de son entourage, mort qu'on lui mettra sur les épaules.

Dans ce court roman, la seule chose qui ne fonctionne pas, c'est le détachement que le personnage cause par son vocabulaire trop ampoulé, doublé d'un esprit analytique qui ne lâche jamais. On aurait pu être plus troublé par les événements, mais les "beaux" mots sont toujours là pour nous rappeler qu'on lit un roman et non pas qu'on vit une histoire.

L'impression qui est ressort, c'est qu'on entend Biz qui nous parle et non pas le personnage.

Sinon, j'ai beaucoup aimé l'histoire et la manière dont le drame est amené, la manière de montrer qu'une crise professionnelle n'est jamais bien loin d'une crise personnelle.

(voici ce que j'ai noté sur Goodreads)


NaufrageNaufrage by Biz
My rating: 4 of 5 stars

Récit touchant, poignant, qui se perd un peu en digressions, mais qui dérange, déstabilise et démontre une belle sensibilité. Si ce n'était du vocabulaire parfois pompeux (qui donne l'impression que l'auteur s'écoute écrire en se disant "Ah oui, j'ai vraiment trouvé un mot étrange à placer ici!") je donnerais 5 sur 5, mais ça brise le rythme.

Somme toute, j'ai beaucoup apprécié, d'où la note de 4 sur 5!

View all my reviews