jeudi 26 juillet 2012

Y a-t-il un héros dans la salle?, Pierre-Luc Lafrance


Y a-t-il un héros dans la salle? est un excellent premier livre d’un jeune auteur dont nous n’avons pas fini d’entendre parler.
Premier roman de Pierre-Luc Lafrance, Y a-t-il un héros dans la salle? est, comme son nom l’indique, un roman de fantasy. Le concept à la base du roman est original : lorsqu’elles n’ont rien à faire, les fées se racontent des contes d’humains. Le roman se situe donc à deux niveaux : nous avons un narrateur qui nous raconte l’histoire de Josh et de ses petits-enfants tandis que Josh lui-même est narrateur de l’histoire de Cochon et de Sanssolde. Le roman est une histoire qui se fait raconter, ce qui permet à Josh d’intervenir dans la narration tandis que le narrateur de l’histoire globale intervient lui aussi dans l’histoire de Josh.


L’histoire que Josh nous raconte est celle du prince Pad de Revnu, surnommé Cochon à cause de son faciès porcin. Pad est envoyé par son père afin de trouver de l’aide pour combattre les hordes de barbares. Mais voilà, les héros sont en grève dans toute la contrée : ils demandent des conditions de travail plus héroïques. Alors Pad et son compagnon Sanssolde, voleur médiocre, s’embarquent pour l’aventure, accompagnés d’une épée magique, d’un héros qui parle plus qu’il ne se bat et du relationniste du dit héros (qui lui sert d’agent, à la manière des vedettes d’aujourd’hui). Pad et ses compagnons parcourront donc toute la lande en quête d’aide pour contrer l’invasion du pays de Boss par les barbares.

Bien que sommaire, ce résumé nous démontre bien la force de Lafrance : manier un humour éclairé et intelligent qui, je n’en doute pas, doit bien plaire aux ados à qui s’adresse le livre. Les personnages sont drôles et attachants, les situations cocasses à souhait et rien n’est vraiment pris au sérieux. Plusieurs clichés sont utilisés (ou plutôt ridiculisés) de façon originale. Aucune situation ne s’éternise. On sourit souvent, autant aux blagues qu'aux allusions à d’autres récits et contes pour enfants, un peu à la manière du film Shrek; allusions que ne comprendront pas nécessairement les adolescents, ni tous les lecteurs adultes, mais qui amènent une valeur ajoutée à la lecture
Un roman qui donne envie de se plonger dans les deux suites, Princesse à enlever et Y a-t-il un héros dans la salle #2?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire